Pages

Subscribe:

Liens trés utile

Tu cherche un travaille au Cameroun Douala cliquez ici
Téléphoner gratuitement , 1h d'appel gratuit vers tout les fixe et portable du monde ,voila une liste de citeweb de qualité pour appelergratuitement CLIQUEZ ICI

TU VEUX ENVOYER DES SMS GRATUIT DANS LE MONDE

vendredi 30 décembre 2011

La maison de la «Madoff» de Touraine incendiée


Créé le 30/12/2011 à 10h53 -- Mis à jour le 30/12/2011 à 11h37

mercredi 18 mai 2011

DOUALA DSCHANG

travaux a douala goudron , ca avance petit a petit et douala se modernise et change de face
grace a vous les camerounais ...

maroc Nador 2011 Musik Sidi ali 2011

nador 2011 , maroc music de regada marjana marjana ..


Nador Avec Ghalab maroc

voici une petite video de la ville de nador ..
on voit dans cette video les rues de nador et le changement , ca l'air propre
moi jaime bine cette ville

Douala Cameroun

il n'y a plus les trous comme ça à Doul, les routes sur la vidéo ont été goudronnée, elle date de quelle année cette vidéo quand même

lundi 16 mai 2011

Extension de l’accès Est de Douala: La France prête 39,4 milliards au Cameroun



03.03.2011 - Extension de l’accès Est de Douala: La France prête 39,4 milliards au Cameroun

Par Hervé Endong

Cet argent va couvrir les travaux d’aménagement, en dehors de ceux liés à la mise en œuvre du plan de gestion environnementale qui sont à la charge du gouvernement

Développement d’une ceinture autour de Douala
C’est la quintessence de la convention de prêt signée ce jeudi 3 mars 2011, entre l’ambassadeur de France au Cameroun et le ministre de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire (MINEPAT). Les documents ont été paraphés par Bruno Gain et Louis Paul Motaze, à Douala, en présence de trois autres membres du gouvernement. Il s’agit de Claubert Tchatat, Jean Baptiste Bokam et Bernard Messengue Avom, respectivement ministre du Développement urbain et de l’habitat, secrétaire d’Etat chargé de la gendarmerie et ministre des Travaux publics (MINTP). Après les différentes signatures, les deux hommes ont tenu à relever l’importance de ce projet devenu incontournable pour une ville qui grandit tous les jours. Le problème de l’accès Est de Douala est devenu très crucial. Il était urgent d’agir le plus vite, souligne Louis Paul Motaze. Le MINEPAT va même plus loin. En dehors de ce projet, nous allons faire tout pour développer aussi les villes autour de Douala, Yabassi par exemple. Ceci, pour contenir l’exode rural. Le problème d’exode rural est le principal objet du contrat de désendettement et Développement (C2D) qui entrera en vigueur en avril prochain. Ce C2D portera essentiellement sur le développement des villes secondaires. On va développer une ceinture autour de Douala qui va dégonfler la pression qui s’exerce sur cette ville pour qu’elle puisse respirer, prophétise le MINEPAT. Les embouteillages de ce côté de la ville constituent une véritable difficulté. Il faut s’armer de patience. L’engorgement chronique de la route constitue un frein au développement de la ville et cause un énorme préjudice aussi bien pour les populations locales que pour les personnes en transit, a souligné, pour sa part, Bruno Gain.

Objectifs du projet d’extension
Ce prêt octroyé par le canal de l’Agence française de développement (Afd), va ainsi permettre de financer l’intégralité du projet d’aménagement de l’accès Est de Douala, du côté de Ndogpassi notamment, dont le coût total est évalué à 39,4 milliards. Ceci, en dehors des aspects liés à la mise en œuvre du plan de gestion environnementale et sociale (Pges) qui sont à la charge du gouvernement. L’objectif global du projet est le renforcement du rôle de pôle économique de Douala par l’amélioration de son intégration nationale et sous-régionale, l’amélioration des conditions de vie des populations. La réduction des coûts de transport et du temps d’accès à Douala et l’augmentation de la compétitivité du port et ses entreprises, l’amélioration des conditions sanitaires des personnes vinant ou travaillant aux abords de la route, ainsi que l’amélioration de la sécurité routière constituent les principaux objectifs spécifiques. Ce projet va s’étendre du fleuve Dibamba jusqu’au carrefour Marché des fleurs, soit une distance de 19 Km. Aucune précision n’est faite pour l’instant, quant à la date de démarrage. Mais, globalement, les travaux vont porter sur le recalibrage de la chaussée qui comportera six voies à sens unique de part et d’autre. Parmi ces voies essentiellement routières, informe EGIS, l’entreprise chargée des études, il y aura les voies spéciales pour les véhicules locaux dans les extrémités, et les celles du milieu, deux au total, seront réservées pour les véhicules en transit. Il y aura des aménagements spécifiques pour les taxis et bus, ainsi que des passages piétons protégés, apprend-on.


Accès Ouest et 2e pont sur le Wouri
L’extension de cette route sera seulement un soulagement pour les voyageurs qui, tous les jours, y passent parfois le même temps que celui effectué entre Douala-Yaoundé (3 heures). D’après le MINEPAT, ce projet produira à l’échéance trois types d’effets. Les effets économiques, environnementaux et sociaux. Sur ce dernier volet, il est surtout présagé la réduction des charges de transport sur le budget des ménages des axes périphériques et centraux, l’élimination des goulots d’étranglements et la praticabilité permanente des chaussées aménagées, ainsi que la valorisation foncière et immobilière le long des axes aménagés. En dehors de l’accès Est, la rencontre de ce jeudi 3 mars 2011 a permis aussi d’évaluer les deux autres projets intégrateurs. A savoir, l’aménagement de l’accès Ouest qui s’étend de Bonaberi au carrefour Bekoko, et la construction du second pont sur le Wouri. D’après les informations actualisées, ce pont coûtera finalement 100 milliards FCFA, et aura une distance de 820 mètres. Le pont principal va coûter 93 milliards. Pour le reste, la fiche technique prévoit un milliard pour les indemnisations et compensations et 6 milliards pour les études. Pour l’instant, il n’y a aucune précision quant au démarrage des travaux. Tout ce qu’on sait c’est que l’appel d’offres sera lancé bientôt.


jeudi 28 avril 2011

plan de douala cameroun


Agrandir le plan
newbell bassa Bell Nkondo bonadounbe Bonadouma 2 youpwe  douala international airport Nylon bassa Ndokoti
Gare de bessengue Bépanda New Deido  Hopital general de douala nouvelle route Bonaberi 
cite des palmiers .. google map cameroun bertoua Yaoundé Afrique plan gratuit parcour vita .

jeudi 17 mars 2011

colonisation au cameroun


En 1840, l'anglais Thomas Buxton prend la tête d'une expédition britannique vers les côtes Ouest-africaines. Il est accompagné entre autres par le pasteur jamaïcain John Clarke et son compatriote le Dr. G.K. Prince.
1er janvier 1841, l'expédition de T. Buxton fait une escale à Fernando Po ( Malabo : actuelle capitale de la Guinée Équatoriale). Mais compte tenu des circonstances assez favorables pour leur mission d'évangélisation, l'expédition décide de s'établir sur l'île. De là, le pasteur Clarke et le Dr Prince pénètrent à l'intérieur de l'Estuaire. C'est ainsi qu'ils établissent les premiers contacts avec les riverains. A leur tour; les anglais transforment le Rio de Camarones en Cameroons Town. Une fois retournés en Angleterre, Clarke et Prince lancent le recrutement pour la prochaine mission africaine. Parmi les recrus; il y a un dessinateur des docks de l'Amirauté de Dovonport: c'est Alfred Saker.
1843, Installé à Fernando Po avec Prince, Joseph Merrick s'en va s'installer à Bimbia où il entreprend d'écrire la grammaire de la langue Isubu.
Février 1844, arrivé à Fernando Po, Saker opère sa première conversion en la personne de Thomas Horton Jonhson. C'est ce dernier qui l'accompagne l'année suivante dans sa première mission de pasteur africain du Béthel à Cameroons Town.
16 juin 1845Saker et Johnson s'établissent sur les terres de King Akwa, à l'endroit où se trouve aujourd'hui le Temple du Centenaire. Au même moment, Joseph Jackson Fuller qui apportera une contribution décisive à la "Mission Afrique" arrive à Fernando Po en provenance de la Jamaïque.
1872, se servant des travaux de Joseph Merrick sur la grammaire de la langue Isubu, Alfred Saker traduit les saintes Écritures en langue Duala.
12 juillet 1884, négocié par le Dr E. Schmidt, le représentant de la firme de la Woerman, le traité de protectorat est signé avec les rois Duala.
14 juillet 1884Nachtigall, explorateur allemand, exerçant comme Consul de son pays en Afrique du Nord, débarque dans l'Estuaire du Cameroons Town pour prendre possession du Territoire. La ville qui ne compte qu'à peine 30 000 habitants, devient sous le nom allemand de Kamerunstadt la capitale du pays de 1885 à 1901. 1888, Théodor Christaller fonde la première école sur le plateau Joss.
1er janvier 1901, par décret du gouverneur allemand, la ville devient Douala et lègue son nom d'origine (Kamerunstadt) à l'ensemble du pays. Par ailleurs, la capitale est transférée à Buéa jusqu'en 1908, date à laquelle elle revient à Douala pour repartir à Yaoundé en 1910.
En 1905, la pagode est construite à Bonanjo par le Roi August Manga Ndoumbe.
Un différend d'interprétation du traité de 1884 entre le Roi Douala Manga Bell (fils de August Manga Ndoumbe, décédé vers 1910) et les autorités allemandes relatifs à des affaires foncières ayant menées à des expropriations conduit le roi à fomenter des émeutes en 1910. Par la suite, les autorités traditionnelles tenteront de soulever le reste du Cameroun contre les autorités allemandes. Le 8 août 1914, au terme d'un long procès, le Roi Douala Manga Bell, principal instigateur du complot anti-allemand, et son secrétaire Ngosso Din, sont condamnés à mort et pendus.
Lorsque éclate la Première Guerre mondiale, les troupes alliées envahissent le Cameroun alors allemand. Le 27 septembre 1914, un détachement français appuyée par des navires britanniques et français prend Douala. Des troupes françaises et britanniques occuperont la ville jusqu'en février 1916, date à laquelle les troupes britanniques se retireront. Durant la Première Guerre mondiale, les Français et les Britanniques implanteront leur base arrière dans le village de Suellaba, près de Douala. En 1920, la ligne chemin de fer qui relie Nkongsamba à Yaoundé arrive à Douala. La même années est également construite une halle commerciale au bord de la Besseke, afin de centraliser le commerce et de mieux prélever les taxes. Lors de la Seconde Guerre mondiale, les autorités camerounaises restent fidèles à l'État français. Au cours de la nuit du 25 au 26 août 1940, débarquent le capitaine Leclerc et ses 22 hommes dans les marais de Douala qui rallient le détachement du capitaine Louis Dio (armée française régulière du Cameroun) à la cause de la France libre. Celui-ci revenait de Fort-Lamy (N'Djamena) avec un détachement de tirailleurs sénégalais. En 1954, le pont sur le Wouri fut construit pour relier les deux rives du fleuve.

anltic

lien

meta

nombre de visiteur qui sont passé sur notre blog

annuaire